Rechercher

Détroit : le renouveau par l’agriculture urbaine

Détroit compte aujourd’hui 105 000 parcelles inoccupées, qui abritent une biodiversité inhabituelle, dont une végétation pionnière comme le « palmier ghetto » (Ailanthus altissima), ainsi que des ratons laveurs, des renards et des faisans. Une fois mises en valeur par l’agriculture, ces terres en friche peuvent créer des opportunités pour les mouvements sociaux qui luttent pour la justice alimentaire et qui visent à transformer le système alimentaire en faisant pression pour un plus grand contrôle de la production et de la consommation par ceux qui sont socialement marginalisés. Par exemple, entre 350 et 1 600 jardins communautaires et fermes urbaines ont été recensés à Detroit, la plupart étant gérés par des groupes ou des organisations qui ont récupéré de manière informelle les espaces vacants.



Transformation de Détroit par l’agriculture

Alors que le système urbain complexe de Détroit s’est effondré et que la ville a perdu des capitaux, des ressources humaines, des entreprises et des structures organisées diverses ; de nouveaux espaces urbains se sont développés. Les changements les plus visibles dans le paysage de Détroit sont les projets d’agriculture urbaine qui se sont étendus à tous les terrains vagues du comté et l’émergence d’une nouvelle morphologie et d’un nouveau métabolisme urbain. On pourrait dire que la transformation en une agriculture de type rural de l’ensemble du paysage des petits îlots urbains pourrait être le futur de Detroit. Le document explore la scène contemporaine de l’agriculture urbaine à Detroit en analysant l’éventail des projets et des organisations de l’agriculture urbaine. Detroit démontre le rôle important de la base, des ONG, des entrepreneurs et de la planification et de la politique gouvernementale. L’étude de cas révèle la valeur de l’agriculture urbaine dans la conception des paysages urbains et des systèmes alimentaires des villes en déclin et l’importance d’un réseau systémique dans ce processus. Cette approche pourrait être transférée aux villes européennes plutôt qu’à des projets et stratégies individuels qui doivent toujours être soigneusement contextualisés.

De nombreux habitants sont venus créer leur propre jardin

C’est ainsi que quelques 1 500 jardins et fermes urbaines, comme la ferme Suzanne à Paris, ont été repris sur des centaines d’hectares vacants de la ville, dans les arrière-cours des familles et des écoles. Dès lors, la première agriculture durable d’Amérique se développe, lentement mais sûrement, à Detroit grâce à la Michigan Urban Agriculture Initiative ou au Greening of Detroit et à d’autres associations également. L’association Greening of Detroit cultive un jardin urbain. De nombreux habitants sont venus créer leur propre jardin. Dans l’espace vert du marché de l’est, il y en a plus d’un millier qui ont suivi des cours. Certains pour leur propre production, d’autres pour démarrer leur entreprise. Il y aura 350 à 5 000 emplois disponibles dans toute la ville. La Michigan Urban Agriculture Initiative est une organisation à but non lucratif, mais sa mission est d’utiliser l’agriculture urbaine comme une plateforme pour promouvoir l’éducation, la durabilité et la communauté dans un effort pour élever et responsabiliser les quartiers urbains.




https://www.culturesenville.fr/blog/detroit-renouveau-agriculture-urbaine/

6 vues0 commentaire